Peggy5596_Headerbild_L.jpg Peggy559_Headerbild_P.jpg

RESPECT, Peggy !

Style, gloire et musique : rencontre avec Peggy Gou, DJ la plus branchée de la planète.

Le soleil brille sur Berlin. Un éclatant poncho argenté passe la porte dans un tourbillon d’étincelles. Comme emmitouflée dans un rouleau de papier aluminium, Peggy Gou, dissimulée derrière d’imposantes lunettes de soleil, semble atterrir d’une autre planète. Interviewée par BORA, elle se présente dans un anglais impeccable : « Hi, I am Peggy. » C’est ce qu’on appelle une entrée éblouissante, ce à quoi excelle la jeune DJ en vogue.
Dans la presse internationale, c’est la pluie d’éloges : « L’une des plus grandes DJ de la planète » s’enthousiasme le journal allemand « Die Zeit ». « La nouvelle étoile de l’électro sudcoréenne» titre le journal autrichien Standard. Sur la toile, c’est l’admiration. Originaire de Séoul, Peggy Gou est une étoile filante.

Peggy5517_BildTextModul.jpg

Son tube « It Makes You Forget » a été couronné Tube de l’année 2018 par l’Independent Music Award, la propulsant au rang de star internationale. Ce single à lui seul aura généré plus de neuf millions de clics sur Spotify, et plus de six millions sur YouTube. Sur Instagram, son compte recense non moins d’un million d’abonnés dans le monde entier. La BBC, quant à elle, l’a d’ores et déjà incluse dans la liste des « 30 hits qui ont marqué les 30 dernières années ». Tout ce qu’elle fait devient tendance. Musicienne, productrice et ambassadrice de marques, elle possède également son propre label de mode. Influenceuse, c’est en véritable icône du chic qu’elle est aujourd’hui suivie et célébrée. Pour notre interview à Berlin, les quantités de smoothies que son entourage a mises au frais sont proprement incroyables. Bien plus que sa boisson préférée, c’est une véritable station-service qui l’accompagne dans sa vie de superstar autour du globe. Une gorgée de gingembre et ça repart. Aucun problème pour la photographier avec son nouveau système BORA Pure.

Peggy_7881_BildTextModul.jpg

Elle s’en amuse. Les qualités qu’elle apprécie : la rapidité, la précision, la fougue, la présence d’esprit. « J’ai tendance à réfléchir à deux mille à l’heure, » affirme-t-elle sans hésitation. Avant d’ajouter entre parenthèses : « D’ailleurs, BORA est un prénom en coréen. » Pendant tout le shooting avec BORA, Peggy Gou tourbillonne devant l’appareil photo avec la grâce et la profonde voix d’une diva. Son maquillage ? Elle le fait elle-même. Sa coiffure ? Emprunter un élastique fera l’affaire. Pendant l’interview, elle brille d’un vibrant mélange d’élégance métissée et de vivacité asiatique. Un tableau enrichi d’une courtoisie des plus raffinées. En cela, elle se différencie nettement des autres artistes du Berghain ou de Coachella. Serait-ce là ce qui fait son charme bien à elle ?
Ce qui est certain, c’est qu’elle maîtrise l’art de la mise en scène. Son estrade : la musique. Quand elle ajoute sa voix au mix, c’est en coréen. « J’ai essayé de le faire en plusieurs langues : anglais, français, italien, parce que je ne sais pas comment les autres perçoivent les sonorités de ma langue. Mais ça ne sonnait pas bien.
Du coup, je reste dans ma langue maternelle, le coréen. » Quant à ses différences, elles semblent bien être à l’origine de son triomphe. « Me demander ce que la musique représente pour moi, c’est comme demander ce que représente l’amour. Ce n’est pas rationnel. » Peggy vit sa vie avec passion jusqu’au bout de la nuit.

Où l’artiste de 29 ans puise-t-elle autant d’énergie face à un tel succès ? Peggy est spontanée. Sa réponse n’attend pas : « Mes parents m’ont envoyée de Corée en Angleterre parce que j’étais nulle à l’école. À Londres, j’ai étudié la mode et c’est à cette époque que j’ai mixé pour la première fois. Ma passion, c’est la musique.

 

Je la sens au plus profond de moi. » C’est ainsi qu’elle l’exprime. Le jure, presque, vu l’absence de doute qu’elle dégage. C’est dans la musique que son succès explose. Un succès qu’elle refuse pourtant encore à affirmer : « Je n’ai pas encore atteint mes objectifs. De loin. Je suis ambitieuse et je ne suis pas encore à la moitié de ce que je vise. Je ne veux pas encore appeler ça du succès. Disons que je suis sur la bonne voie. » L’euphémisme à l’asiatique. Sa recette : « Ne fais rien que tu n’aimes pas et surprends-toi toi-même ! »

Peggy5596_Bildteaser.jpg Peggy5596_Bildteaser.jpg

 » La star d’ascendance multiculturelle a choisi la vie berlinoise. Dans le quartier de Mitte, c’est BORA Pure qu’elle a choisi pour équiper la cuisine de son appartement : « J’ai une passion pour l’extraordinaire. » Et un oeil pour le design et l’exception, si caractéristiques de l’appareil de cuisson. Pourtant, comme elle l’explique sans fioritures, la cuisine ne compte clairement pas parmi ses activités de prédilection : « Je suis adepte de la livraison à domicile. Mais je voudrais me mettre à cuisiner. J’aime BORA : ce design ! Sans compter la qualité. En Corée, on n’utilise pas beaucoup le bois dans les cuisines. On préfère la couleur. » Son premier plat sera... coréen : gâteau de riz. Épicé, bien entendu. Mais la cuisine reste un lieu socialisant : « J’ai tellement hâte de faire la cuisine avec plein de gens ici ! » Pour autant, son alimentation reste pour elle un sujet primordial : « Ce que tu manges est ce que tu es. » Pour sa part, c’est mi-européen, mi-asiatique.

"BORA est un prénom en coréen »"
Peggy Gou
Peggy5648_Bildteaser.jpg Peggy5648_Bildteaser.jpg

Quelqu’un l’a un jour décrite comme une petite fille irritante. Rien n’est moins vrai. Comme elle le dit elle-même, elle affiche un tempérament tout à la fois très ouvert et très conservateur. Deux mondes dans une seule personne. Une vertu lui tient particulièrement à coeur, vertu qu’elle attribue clairement à la culture coréenne : le respect ! Une valeur que sa main arbore en larges lettres par ce tatouage gravé à l’âge de dix-sept ans. Interrogée sur ce qui la motive, elle surprend une fois de plus : « Je ne veux pas seulement inspirer. Je veux aussi être un bon exemple. Je pense sans arrêt à ce que je peux mieux faire. »
Cette attitude, elle ne pourrait l’assumer sans ce courage de la différence : « C’est important de ne pas faire ce que tout le monde fait. » L’on en vient à se demander comment il est possible de récupérer avec un tel train de vie. L’artiste aurait-elle un bouton « reset » ? « J’adore Bali. J’aime y aller en fin d’année. C’est mon moment zen : les gens créatifs ont parfois aussi besoin de ne rien faire. Quand je suis là-bas, ma vie se résume au room service et à Netflix. »

 

Le shooting expédié en moins de deux heures, la case cochée sur son calendrier surchargé, la star ne perd pas son temps. Enveloppée dans sa combinaison d’aluminium, elle file dans les rues de la capitale allemande vers son rendez-vous suivant : direction le studio d’enregistrement. Puis s’enchaîneront les virées nocturnes autour du globe. Quant à son vrai nom, pas question de le révéler. C’est son secret.

Peggy_8187_Bildteaser.jpg Peggy_8187_Bildteaser.jpg

Texte: KLAUDIA MEINERT

Photographie: ANNA ROSE