Felix Großschartner – tout sauf conformiste

Felix Großschartner – tout sauf conformiste

« La conformité est banale. Sortir des chemins battus ouvre le champ des possibilités. » Telle est la devise de Felix Großschartner. Visuellement, ce jeune homme originaire de Haute-Autriche et fidèle à ses racines se distingue nettement de la foule par sa moustache forte originale. Sans oublier ses performances sur le vélo et ses préférences en matière de météo sortent de l'ordinaire.

 

De la piste de ski à la route

Au début, l'adolescent Felix semblait promis à une carrière dans la coupe du monde de ski alpin. Seulement deux classes en dessous du double champion du monde Vincent Kriechmayr, il a suivi le programme ski-études à l'école secondaire de Windischgarsten et s'est entraîné dur pour atteindre son grand objectif. Mais une fracture compliquée du péroné à l'âge de 14 ans a quelque peu freiné la réalisation de ces rêves. Ne pouvant s'entraîner que sur l'ergomètre au début de sa rééducation, Felix a vite développé une certaine passion pour le vélo, si bien que, plein d'euphorie, il a obtenu peu après sa première licence junior. Grâce à son énorme détermination, il s'est rapidement fait un nom dans l'équipe Continental de Wels, basée tout près de chez lui, et y a fait la connaissance de ses coéquipiers actuels, Patrick Konrad et Lukas Pöstlberger. En 2015, il a goûté au WorldTour pendant quelques mois en tant que stagiaire (« coureur test ») avec l'équipe Tinkoff - Saxo de l'époque et a finalement rejoint BORA – hansgrohe en 2018 via l'équipe polonaise CCC.

Crédit photo :

BORA – hansgrohe I Bettiniphoto

BORA – hansgrohe I veloimages.com

BORA I Stefan Schütz

Il court avec style

Grâce à la « Band of Brothers », comme se nomme l'équipe, il s'est laissé pousser la moustache, qui s'est depuis imposée comme sa griffe et son signe distinctif. Ne s'agissant, au début de 2020, que d'une sorte de jeu entre quelques membres de l'équipe, Felix a été le seul à tenir bon. « Je la trouve drôle et ma petite amie s'y est habituée aussi », plaisante-t-il. Selon ses propres dires, cette moustache forte originale lui confère une puissance de 20 watts supplémentaires. Autre effet secondaire positif : elle lui permet à se démarquer dans le peloton principal, sa famille est ses amis le reconnaissent ainsi rapidement. Et même s'il n'en a pas besoin, Felix préfère se distingue par ses performances. Quand il est face à une opportunité, il la saisit ; il a du panache, comme on dit dans le jargon du cyclisme. Son impressionnante victoire d'étape en solitaire lors de l'édition 2021 du Tour des Alpes à Riva del Garda en témoigne également : il s'est échappé 18 km avant l'arrivée et a éclipsé ses adversaires sans le moindre effort.

Pluie, froid, et dénivelées...       

...c'est ainsi que Felix aime la course. Parce que non conventionnel est également le mot clé lorsque vous demandez au grimpeur quel est son temps préféré sur le vélo : « J'adore m'entraîner au soleil, cela va de soi, mais la pluie et 4 degrés lors de la course, ce sont mes conditions idéales », déclare-t-il très sérieusement. Aussi parce qu'il sait qu'il gère ces conditions mieux que la plupart de ses concurrents. Même lorsqu'il était encore skieur, des températures de -20 °C le laissaient indifférent. Ainsi, à l'automne en Autriche, il adore s'entraîner au petit matin aux températures plus fraîches, car son corps fonctionne mieux dans ces conditions. C'est également dans ces conditions que Felix a célébré quelques-uns de ses plus grands succès. Cirons la victoire au classement général du Tour de Turquie 2019, par exemple, où il a su jeter les bases en remportant une étape dans une station de ski. Dans des conditions qui auraient également plu au skieur Felix, il a attaqué la montée finale lorsque la neige commençait à tomber. Cette victoire au classement général marquait également une étape historique pour son équipe BORA - hansgrohe, car c'était aussi la première victoire au classement général dans une course à étapes pour l'équipe de Raubling.

La percée finale en tant que coureur de classement

La météo lui a également été favorable lors de la Vuelta a España 2020. En raison du calendrier des courses modifié, le Tour d'Espagne 2020 n'a pas commencé avant la mi-octobre et donc deux mois plus tard que d'habitude. Felix a su mettre à profit les températures plus fraîches et a pu obtenir une très respectable neuvième place au classement général au final. Il a toujours été dans le top 10 du classement général dès la première étape, a réussi cela aussi dans cinq arrivées d'étape et a manqué une victoire d'étape à la deuxième place seulement de quelques centimètres. Après avoir terminé dans le top 10 lors de circuits d'une semaine, il a prouvé une nouvelle fois qu'on pouvait compter sur lui aussi lors d'un Grand Tour. Et ce malgré le fait que l'équipe Vuelta de BORA – hansgrohe était construite autour de la star du sprint Pascal Ackermann, qui confirmait son haut niveau avec pas moins de 2 victoires d'étape. Felix ne pouvait donc pas compter sur une équipe d'assistants à l'épreuve des montagnes, mais a pu économiser des forces sur le plat. Ce succès lui a permis d'attirer l'attention dans son pays et c'est ainsi qu'il a été élu « Cycliste autrichien de 2020 » devant son coéquipier Patrick Konrad.

Avec « Amore Infinito » à la victoire d'étape du Grand Tour ?

Il n'est donc pas surprenant que ce jeune homme originaire de Haute-Autriche, qui espère, à titre tout à fait justifié, une place de départ sous le drapeau rouge-blanc-rouge aux Jeux olympiques à Tokyo, doive participer en 2021 à l'occasion de la Vuelta avec l’équipe BORA - hansgrohe à nouveau comme seul capitaine. Car à l'avenir, l'accent continuera à être mis sur les circuits de trois semaines. Felix a déjà terminé tous les trois Grands Tours. Mais malgré son succès lors de la Vuelta, dont il décrit l'atmosphère autour des étapes comme étant plus détendue par rapport au Tour de France, son tour préféré est un tout autre. Et celui-ci figure à nouveau sur son calendrier de course de 2021 : au Giro d'Italia, Felix soutiendra son coéquipier Emanuel Buchmann dans la lutte pour le classement général. En même temps, il appréciera sans aucun doute sa troisième participation au Giro qui, grâce à l'ambiance créée par les spectateurs et à l'histoire de la course, est son tour préféré. Son coéquipier Peter Sagan sera également présent pour décrocher le « Maglia Ciclamino », le maillot du vainqueur par points. Pour Felix, il est avant tout une source d'inspiration : « Il dégage quelque chose qui me fait du bien. Pour lui, la course reste un jeu. Avec toute la pression que l'on subit, beaucoup oublient combien il est agréable d'être un cycliste professionnel. » Avec autant d'énergie positive, peut-être Felix réussira-t-il à obtenir sa première victoire d'étape dans un Grand Tour. Après tout, le soleil ne brille pas toujours dans les montagnes italiennes en mai. Alors son « amour immense » pour le Giro serait comblé. Dans ce cas, la joie de Felix serait double, car en raison d'un pari, son entraîneur devrait alors porter la moustache à la Felix Großschartner pendant un an. Il serait alors comme son athlète : tout sauf conformiste.